Stay Connected

Jovenel Moïse élu 58e président de la République

Moins de 24 heures après que le BCEN a rendu son verdict disant qu’il n’y a pas eu de fraude massive mais des irrégularités dans 70 procès-verbaux sur les 1 560 vérifiés et que cela ne peut pas affecter le processus électoral, le CEP a publié, mardi après-midi, les résultats définitifs de la présidentielle donnant à nouveau Jovenel Moïse gagnant dès le premier tour du scrutin…
Il est nouveau sur la scène politique. Ce n’est qu’en 2015 que l’entrepreneur agricole a commencé sa carrière politique lorsqu’il a été choisi par le président Michel Martelly, en fin de mandat à l’époque, pour représenter le parti PHTK à la présidentielle. Mettre ensemble les rivières, le soleil, la terre et les gens pour développer de façon durable le pays a été la principale slogan de campagne de celui qui s’est fait appeler « Nèg bannann nan ». Jovenel Moïse est donc élu 58e président de la République. Selon les résultats définitifs de la présidentielle qui a subi une petite modification, le leader du PHTK conserve la première place en totalisant 590 927 votes, soit 55,60% ; Jude Célestin de LAPEH obtient 207 988 votes, soit 19, 57% ; Moïse Jean-Charles de Pitit Dessalines obtient 117 349 votes, soit 11,04% et Maryse Narcisse de Fanmi Lavalas conserve la quatrième place avec 95 765, soit 9,01%. Ces résultats arrivent après un long processus de contestation suivi de la vérification de procès-verbaux au Centre de tabulation des votes où le BCEN s’était transporté à la suite des demandes des parties contestataires des résultats préliminaires de la présidentielle. Jude Célestin, Maryse Narcisse et Moïse Jean-Charles, mécontents d’un changement dans la méthodologie utilisée par le tribunal pour vérifier les procès-verbaux, ont abandonné le CTV et leurs avocats ne se sont pas présentés au tribunal pour plaider après la vérification. Dans le verdict du tribunal électoral nous lisons : « Le Bureau du contentieux électoral national (BCEN), après délibération en la chambre du conseil, statuant conformément au décret électoral du 2 mars 2015 en vigueur et sans possibilité de recours. Dit et déclare après l’analyse des 12%, soit 1 560 procès-verbaux au Centre de tabulation des votes, il ne relève aucune fraude massive mais des irrégularités qui ne peuvent affecter le processus électoral. Fait droit en partie aux demandes des candidats et candidate contestataires Jude Célestin, Jean-Charles Moïse et Maryse Narcisse en ordonnant au CTV de mettre à l’écart ‘’70 procès-verbaux’’. Par contre, ordonne que 8 procès-verbaux soient comptabilisés. En conséquence, ordonne au CTV de procéder au décompte des votes pour les élections et d’en donner suites utiles. Rejette l’application de l’article 239-1 du décret électoral en vigueur pour n’être pas saisi par le CEP de l’invalidation de pouvoir… » C’est ce qui explique cette petite modification dans les résultats définitifs de la présidentielle publiés le mardi 3 janvier 2017. Il faut rappeler que selon les résultats préliminaires de la présidentielle du 28 novembre 2016, Jovenel Moïse avait totalisé 595 430 votes, soit 55,67% ; Jude Célestin 208 836 votes, soit 19, 52% ; Moïse Jean-Charles de Pitit Dessalines 118 142 votes, soit 11,04% et Maryse Narcisse de Fanmi Lavalas obtient 96 121, soit 8,99%. C’est la troisième section du BCEN composé des conseillers électoraux Josette J. Dorcelly et Jean Simon St-Hubert qui n’avaient pas signé les résultats préliminaires de la présidentielle publiés du 28 novembre 2016 ; des avocats Jacky C. Pierre et Joseph Briel Latice ; et du juge Joazéus Agnès qui avait entrepris le vérification au Centre de tabulation des votes. Si le 28 novembre dernier trois conseillers électoraux (Kenson Polynice, Josette J. Dorcelly et Jean Simon St-Hubert) n’avaient pas signé les résultats préliminaires, hier mardi, tous les neuf membres du CEP ont paraphé les résultats définitifs de la présidentielle donnant Jovenel Moïse gagnant dès le premier tour. « Ce mandat présidentiel de cinq ans qui m’est confié, en toute liberté, par le peuple haïtien, aura pour boussole une volonté agissante », le tout premier tweet de Jovenel Moïse peu après la publication des résultats. Les candidats contestataires, Jude Célestin, Maryse Narcisse et Moïse Jean-Charles, n’ont pas réagi tout de suite après la publication des résultats. Sans succès, Le Nouvelliste a tenté, hier soir, d’entrer en contact avec eux. Cependant, ils avaient déjà annoncé qu’ils ne reconnaîtraient pas le verdict du BCEN. En revanche, l’ancien candidat à la présidence Éric Jean-Baptiste, qui avait abandonné la course électorale pour endosser la candidature de Jude Célestin, a posté sur son compte Tweeter : « Toutes mes félicitations au président élu M. Jovenel Moïse. » La prestation de serment de ce dernier est prévue le 7 février prochain où le président provisoire Jocelerme Privert lui passera l’écharpe présidentielle.

=25

Comments

comments




%d blogueurs aiment cette page :